logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/07/2007

La poésie est en grève.La prose aussi.

medium_T1_mohamed-nabili.jpg

La main de © Mohamed Nabili




Dans l’accueil des tendances différentes et contradictoires, réside le secret de l’œuvre artistique personnelle. Gérard de Nerval n’a-t-il pas écrit : « Je suis l’autre »?

Cela dit, je suis obligé de mettre fin à mon blog pour des raisons personnelles.


Et que l'amour et la paix règnent dans ce monde ...!



Mohamed El jerroudi

25/06/2007

Visage

medium_bennani1.jpg
Oeuvre© Mohamed Bennani






A qui
appartient
ce visage
cendré
écorché

Enterré
vivant
de l'autre
côté

du

miroir

Ses cris
se heurtent
à des portes
et fenêtres

CLOSES...

comme
des bouches
cousues

Ce visage

oui...!

Ce visage


serait-il
le mien...?


© Mohamed El jerroudi

18/06/2007

Fleuve de miel

medium_image012.jpg
Oeuve de© Abdelkrim Ouazzani





De la bouche
de mes ancêtres
le blé
n'a jamais manqué
de parole à sa terre
Le pollen
n'a jamais déserté
les pétales de sa rose
L'olivier
n'a jamais oublié
l'ombre de son ombre

C'était à l'aube
des temps révolus
C'était à l'aube
des temps futurs

Quand j'étais
une goutte transparante
dans le ventre de ma mère

La sueur des fronts
coulait dans la mémoire
comme un fleuve de miel


©Mohamed El jerroudi

13/06/2007

Rêves au dessus d'un nid d'oiseaux

medium_farid_b2.jpg
Oeuvre de © Farid Belkahia


Rêver
c'est séduire les ténèbres
L'ombre déchire les arbres
et les oiseaux ne retrouvent
plus leurs nids

La nuit leur refuse
de survoler les dunes
qui leur cachent
le visage de la lune

Pour se détendre
les oiseaux survolent
la surface de l'eau

Ils regardent les nuages
jouer aux bords des rêves
qui s'évaporent
derriere les horizons

La mer ouvre ses portes
aux barques qui voyagent
vers des rivages étoilés



Les vagues et les rochers
s'embrassent
comme de vieux

amis.


© Mohamed El jerroudi

10/06/2007

ASTRE

medium_image004.jpg
Oeuvre de ©Saad ben cheffaj




Toi l’enfant
que je suis
Sans ta présence
jamais
je ne serai capable
de lire
la couleur du matin

Tu es né
dans mes yeux
entre deux vagues
chaotiques
comme un astre
flamboyant

Livre ouvert
Livre fermé

Tu m’as donné
le regret
de ne t’avoir
pas lu
jusqu’à
la dernière
page.


© Mohamed El jerroudi

04/06/2007

Les yeux fermés

medium_kacimi1.jpg
Oeuvre de © Mohamed Kacimi
(1942-2003)



Chaque matin
je fais la sourde oreille
aux rides qui cognent
à ma poitrine

Je garde les yeux fermés
et je fais semblant d'ignorer
la marche des jours

Le miroir ne cesse
de s'interroger
sur le secret qui m'habite

Sur le secret des êtres
qui se dérobent à leur agonie
car en eux subsiste
l'acharnement et le débordement

de la fin.



© Mohamed El jerroudi

28/05/2007

Les pas du temps

medium_ph4.3.jpg







J'ai laissé une plaie
Grande ouverte
Derrière mon coeur

Je suis parti chercher
Quelque part
Dans l'immensité
De l'univers

Une Lumière
Qui ne fait pas de différence
entre le désordre des distances

Une Lumière abrégeant
Les pas du temps

En seul mot

Alors je tends l'oreille
Pour écouter

La solitude

Qui habite ce monde
En perte
De vitesse.


© Mohamed El jerroudi

12/05/2007

Ma boussole

medium_jer01.4.jpg




Toi femme
qui m'as vu naître
Toi qui as entendu
mon premier sanglot

J'ai souvenance
de ta souffrance

Elle me colle
encore à la peau
comme l'unique
parfum de tes cheveux

je te jure
par le sein
que tu m'as donné
que je porterai
ta douleur
Sur mon front
Sur les chemins
qui nous ont séparés

Je porterai ton sourire
tout haut
comme une boussole

Puisque tout a changé
puisque rien
n'est plus
comme
avant...


©Mohamed El jerroudi

08/05/2007

'A l'ombre d'un olivier

medium_ol_nidopaz_g24.jpg

OEUVRE DE © Ahmed Ben yessef

Ta mère t'attendra
à l'ombre d'un olivier
avec un bol de lait
et une poignée de figues

Tu iras jusqu'à la source
de tes ancêtres
te laver les pieds
de toute trace
de voyage

Tu monteras sur le toit
de notre maison
Et tu attendras
le réveil du soleil

Tu jetteras des pépites
de rêves aux oiseaux
qui iront les semer
aux quatre coins

du monde.


© Mohamed El jerroudi

25/04/2007

Des mots simples

medium_h_baton.JPG

Dessin de © Ahmed Ben yessef


J'ai perdu mon visage
dans la poussière
des légendes

J'ai appris la douceur
des mots simples
dits par les bouches
des pauvres

J'ai appris à aimer
les lèvres tendres
qui chantent à la terre
des poèmes dorés
comme la couleur
du pain

Là-bas
j'habiterai le commencement
des rêves impossibles
Je resterai seul temoin
de ces voix lointaines
qui nous viennent
d'un autre monde

nous dire...
Comment le temps
nous dévore
et nous déshabille

devant la mort.



© Mohamed El jerroudi

13/04/2007

Les yeux des autres

medium_piste-maroc-randonnee.2.jpg


Aube
Première prière
Les vagues blanches
innondent les yeux saignants
Une douleur rouge
traverse lentement les corps
comme un sang glacé

Terre
Premier mirage
Dernier voyage
Le visage du monde
se réveille tard
sous le regard des autres

Le soleil de l'Orient
Avale ses rayons
Avale sa peur
il attend
que le vent de l'Est
dépose sa rage

Dans le ventre du ciel
les nuages s'entredéchirent
Dans la tête des hommes
les rêves s'enretuent
Qunds le soir dépose ses armes

il n'y a ni vainqueur
ni vaincu

Les yeux des autres
nous regardent
Miroirs déroutants
où nos visages
se métamorphosent
Tombeaux
où nos corps se reposent

Et nos rides se déroulent
à l'infini

Enterrés
dans nos livres
Faudra-t-il nous relire
des milliers de fois
pour nous assurer
que nous sommes
bien en vie

Enterrés
dans notre langue
Serions-nous des fossiles
surpassés par le passé

Coincés
entre l'ombre et la lumière
Un vent léger viendra
comme la brise du matin
nous réveiller

Voisins
de l'ombre et de la lumière
Chantez-moi votre sueur
pour que tous les mensonges
s'inclinent à vos pieds

Chantez-moi le sens de la vie
Chantez-moi le sens de la mort
Je suis assis juste
à côté de vos tombes...

Je vous écoute.



Mohamed El jerroudi
L'opinion, Rabat
© 25 mars 2005

11/04/2007

Musée des temps futurs

medium_Photo_037.jpg


Dans un milliard
d'années-lumière
C'est-à-dire
demain

ou

tout à l'heure


QAND
les hommes
auront
un coeur
en plastique

Les enfants
iront
avec
leurs mamans
éprouvettes
admirer
les arbres

dans
un musée...!


©Mohamed El jerroudi

Le silence décrit (page:26)
Editions :La croisée des chemins
Casablanca©1998

Lentement, tout doucement, à l'écart des modes, je parle de la vie et de la mort, simplement.

07/04/2007

Je regarde passer l'époque

medium_Photo_034.jpg



J'ai peur de cette époque
qui m'a vu naître
Elle est noyée dans la matière
vautrée dans la misère
Comme le corps perd sa valeur

Quand l'âme en est absente
l'homme que je suis
se cache en lui-même

Si je ne trouve pas la compagnie
d'un homme sage
Je prends de moi ce qui me vient
de mon père et de mes ancêtres.

Je Choisis mon maître
comme compagnon de route
Son pied se pose fermement
sur la route qui mène à l'Ami
Son véritable sens m'a échappé
comme la gazelle

Les hommes ont appris à danser
avec leur corps
en récitant ses paroles
mais leurs yeux ne se sont pas ouverts
à la danse de l'âme

La danse du corps
fait tourbillonner la poussière
la danse de l'âme bouleverse
les cieux

La science et la sagesse
proviennent de la danse de l'âme
La terre et le ciel
proviennent eux aussi de cette danse

Pour toi mon ami mon semblable
jusque dans ma tombe
j'adresserai à Dieu
mes prières...!



© Mohamed El jerroudi


02/04/2007

Les papillons du Détroit

medium_luth.JPG


Vous qui vivez
de l'autre côté de la mer
aux regards lumineux
qui savez lire
dans la ligne de la main
les chemins du futur
racontez-moi l'usure du temps
et le secret des paroles ancestrales

J'ai vu dans mes rêves
vos mains blanches
écrire
la transparence du lendemain
sur les visages des voyageurs
qui cachaient leurs larmes
au moment du départ

J'entends encore
le murmure des vagues
se mêler
au sel de vos sourires
et le vent de l'Est caresser
avec ses doigts vos chevelures

Dites-moi papillons du Détroit
pourquoi
nos jours passent devant nos yeux
comme des étoiles filantes
et notre vie
est tellement courte

très courte.


©Mohamed El jerroudi 29/9/2000

Solidarité avec les Haragas , un hommage aux victimes de la traversée du détroit de Gibraltar. Ansi est né le poème.

22/03/2007

Voix intérieure

medium_Photo_038.2.jpg
Restituer chaque page
au livre écrit
dans toutes les langues
de la terre
Lui
seul chemin de l'errance
remontant le temps
jusqu'au premier mot
prononcé par la vie
Témoin du geste qui a semé
la graine de la voix intérieure

Voix murmurant son refrain
au souffle des grands mythes
la sagesse du silence éternel

Voix qui traverse l'âme
comme un frisson d'une prière
et interroge les hommes
du fond de leur mémoire

Hommes des contrées lointaines
Avez-vous vaincu la peur ?
Avez-vous lu la couleur
de votre peau ?

Avant de traverser les frontières,
Ouvrez bien vos yeux !

Car il y a derrière chacun
de vos pas
L'ombre
D'un corps
En poussière.



©Mohamed El jerroudi

15/03/2007

Les chemins de la douleur

medium_Photo_035.jpg

La lumière
divine
a éclairé
la face
du jour

de l'autre
côté
de la terre

où tous
les prophètes
ont posé
leur front

sur les chemins
de la douleur

Là-bas
J'abandennerai
mes rêves

Aux caprices
des étoiles

pour survoler
ma nuit

pour être
plus léger
que le poids

du

départ.



© Mohamed El jerroudi


medium_chemin_de_la_douleur.JPG


Traduction: © Mohamed Rafrafi

08/03/2007

Le serment du sel

medium_lesyeux.JPG

Jamais je n'ai trahi
le serment du sel
ou ignoré
les profondeurs du coeur
ni les liaisons intérieures

Le sel...?
Je sais reconnaître en lui
sa juste valeur

Jamais je n'ai tendu
ma main vide
avant de l'exposer
à la chaleur de mes lèvres

Le baiser que je partage
dans les moments absurdes
désarme
les monstres de la peur

Ma parole infallible
ne saurait troquer
une pincée de sel
contre le toit du ciel.


©Mohamed El jerroudi

02/03/2007

Quartier de lune

medium_croisson.JPG
Te souviens-tu de la terre
de l'odeur du blé
ramassé par une jeune fille
au mains sculptées
par le pain

Au visage doré
comme un quartier de lune
qui guette l'aurore
au milieu d'une nuit
d'été

Une jeune fille
au yeux d'émeraude
couleur de la méditerrannée

Au joues dorées
qui font mourir de jalousie
les pommiers
de Damas.


© Mohamed El jerroudi

12/02/2007

Le mutisme des montagnes

medium_Paysage_202.jpg


Le son de la flûte
agonise en silence

Le chant de la fille
s'est tu
comme une pierre
au regard mortelle

Les montagnes
conservent leur mutisme

écho d'une absence
sans fin

Chaque soir
un vent solitaire

vient carresser
la cime d'un épi

oublié.


Mohamed El jerroudi

26/01/2007

Soif

medium_blessure.2.jpg

Soif...
Mémoire de l'eau
Nos yeux sont transpercés
de milliers de puits

L'errance porte son errance
de mirage en mirage

Nos visages se noient
dans la cruauté des vagues

Le regard se perd
Les images se superposent
Les mots se bousculent

Un cri...
à peine audible
évoque le fouet

de la noyade.


Mohamed El jerroudi

medium_poème.JPG

Traduction du poète Mohamed RAFRAFI

25/01/2007

Chemin sans retour

medium_crocqui.3.jpg


Je lis
les paroles des vagues
sur le dos d'un naufragé

Sa peau salée
me dit l'épreuve du temps

Ses yeux glacées
me disent la couleur du soleil

Son corps épuisé
me cache des blessures
qui ne guérissent jamais

J'expose au vent
mes yeux ensablés

Et j'avance péniblement
sur un chemin

sans retour.



© Mohamed El jerroudi

18/01/2007

L'indicible

medium_verso.jpg


Chaque jour

tu me chuchotes l'indicible

des phrases écrites

avec des gouttes de silence

Tu m'appelles du fond de tes yeux

J'écoute du fond de ma peur

Des cris

de cendre et de fumée.




Mohamed El jerroudi

07/01/2007

Coeur absent

medium_arbre.2.jpg


A quand le jour de ta résurrection
si tu es condamné à disparaître
dans le labyrinthe des rumeurs
et à tournoyer dans les bouches des autres
comme une question de braise

Serais-tu un simple nom
écrit sur une eau insaisissable...?

Si tu es sourd aux grincements
de ton échine broyée
sous les décombres

Ecoute
les prières de l'aube
Rappelle-toi les voix de la nuit
quand l'oubli te nargue
du fond de l'errance

Je t'attendrai toi coeur absent
du haut de ton absence
Je compterai les gouttes de sang
qui s'amusent à éclabousser
le jour de ta naissance

Tu as ta vie tu as ta mort
pour comprendre l'inexplicable
Tu as toute la sève de la terre
pour fleurir sur les sables du désert

Tu as tous les rivages du monde
pour accoster un jour

au coeur de ton pays natal.



Mohamed El jerroudi

06/12/2006

Poisons croisés

Il ya a
un poison
qui monte

Il y a
un poison
qui descend

Moi
je connais
bien la chanson

Derriere
chaque parole
miéleuse

se cache
un poison

Moi
je connais
la chanson

Moi
je suis vacciné
contre tous
les poisons

jamais
je ne ne succomberai
au poison

de la haine...!




© Mohamed El jerroudi

01/12/2006

ça n'arrive qu'aux autres

.




"ça n'arrive qu'aux autres....!"

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique