logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/02/2011

Voyage des corpos

3472102052_4f37807a62.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Tous les hommes de la ville sont passés par là

Ils comptent les cailloux de la rue

Apprennent par cœur les graffitis des enfants        

C’est avec le charbon que les enfants ont gravé

Les visages  de ceux qui sont passés par là

Tous  les hommes de la ville ont  aimé   

Les femmes  nues       

Ont aimé  les marchandes du plaisir

Ruelle dans une ruelle dans une ruelle 

C’est comme cela que la ville a assiégé les ruelles     

Tous les hommes

De la ruelle  « EL HILILI » est venue une  conquête  claire     

Mais quelle  est cette conquête dans les corps

Qui verse un vin le meilleur des vins

Et la maîtresse du lieu de sa voix  laide

Hurle à ce que le plaisir soit donné en détail

Chaque soir les jeunes filles se font  belles

Vient la maîtresse et  leur prend leurs  cœurs   

Qu’elle met dans des  sacs à mains troués

C’est sans cœurs que les filles  achèvent

Le partage les baisers et les sarcasmes

C’est le voyage du corps vers le corps

Tous les hommes de la ville sont passés par là

Ils ramassent du plaisir

Un plaisir sans sel

Son écho se perd dans les dédales des ruelles

Les hommes de la ville tous les hommes

Sont passés par là

Les tonneaux de vin font la cour aux corps   

Les cranes des filles sont inondés d’eau de vie

Une eau qui chante   au  plaisir

Un plaisir sans sel

 

Poème de  Zougui habiba 'poétesse marocaine',le 25/01/2011

 Traduit de l’arabe  par Mohamed El jerroudi, le 11/02/11

 

 

 

 

06:46 Publié dans poésie/arts | Tags : voayage, corps, hommes, rue | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Bonjour, j'ai lu, mais il y a beaucoup encore à lire
à bientôt

Écrit par : Lady Chatterley | 15/02/2011

Je pourrais ne rien dire, ce serait tout aussi intéressant, mais il me manquerait de manifester toute l'estime que j'ai pour ce choix que tu fais de publier ce poème.

Il n'y a rien à ajouter, c'est une toile de maître.

Seul l'art peut traiter ainsi, aussi librement et purement, de ce qui effraie, de ce qui dérange et nous rappeler comme nous sommes seuls et vulnérables.

Peindre le désir non maîtrisé, le désir objet de commerce, et par je ne sais quel phénomène, en faire jaillir son essence la plus subtile... Merci à toi Mohamed pour ce poème.

Monique

Écrit par : monique | 15/02/2011

Quand la vérité vous émeut, que l'audace vous surprend et que le talent d'une fine plume vous remue , il ne me reste plus qu'à dire Merci.

Écrit par : Malika | 19/02/2011

Cher Mohamed
C'est un véritable privilége que nous avons de pouvoir accéder à tes oeuvres poétiques !
Et c'est un réel plaisir que je retrouve, aprés être resté éloigné de blog 50.Les liens que tu proposes dans tes préférences sont autant de trésors!
Merci
Toute mon amitié
Jacques

Écrit par : Jacques | 27/02/2011

C'est un véritable privilége que nous avons de pouvoir accéder à tes oeuvres poétiques

..............................

Vous voulez gagnier du pognon sur le dos de mon blog. Moi aussi...

Écrit par : pandora beads | 28/02/2011

Hurle à ce que le plaisir soit donné en détail

Chaque soir les jeunes filles se font belles

Écrit par : links of london | 01/03/2011

C'est un véritable privilége que nous avons de pouvoir accéder à tes oeuvres poétiques

Écrit par : panooooooo.o.o.o.o.o.dora beads | 03/03/2011

superbe léger profond
du sel de la vie celle qui passe
commune et individuelle
amitiès

Écrit par : ventdamont | 03/03/2011

merci poete pour cette traduction.Dans mon lit j ecoute ma douleur;la lecture de cette traduction m a rechauffee le coeur.la femme qui fut l objet de ce poeme s est suicide y a un an et la poussiere.belle vie

Écrit par : Zougui Habiba | 16/09/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique