logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/03/2008

L'Odeur du blé

medium_ble.jpg



Voyageur qui ne vit
que dans la bouche des autres
Ecoute...


Le son de la flûte agonise en silence
Le chant de la fille s'est tu
comme une pierre au regard mortel

Les montagnes conservent leur mutisme
écho d'une absence sans fin
Chaque soir un vent solitaire
vient carresser la cime d'un épi oublié.



Voyageur qui ne vit
que dans la bouche des autres
Ecoute...


Te souviens-tu de la terre
de l'Odeur du blé
ramassé par une jeune fille
au mains sculptées par le pain

Au visisage doré
comme un quartier de lune
qui guette l'aurore au milieur
d'une nuit d'été

Une jeune fille au yeux d'émeraude
couleur de la méditerrannée

Au joues dorées qui font mourir de jalousie
les pommiers de Damas.



© Mohamed El jerroudi



PS:En ce moment je suis en voyage .Je pense à vous et je vous dis :Je vous AIME ET MAIN SUR LE COUEUR...!!!

Mohamed

23/03/2008

Juste un mot pour dire un mot juste.

medium_107721503-lama.jpg

Si le regard de ce Monsieur vous interpelle, alors dites comme lui:

Non!!! au Génocide culturel au Tibet!!!

14:20 Publié dans poésie/arts | Tags : Génocide, Tibet | Lien permanent | Commentaires (28)

08/03/2008

Barques fragiles.

medium_08mohamed_kacimi.3.jpg


Mohamed Kacimi (1942-2003 )


Je me baigne dans vos poèmes.
Barques fragiles portez-moi loin
loin de moi-même portez loin mon départ

Ni le bruit de mes souliers blessés...
Ni le pied nu que j'étreins auprès de mon coeur
ne peuvent connaître l'heure de mes départs.


medium_medium_kacimi1.2.jpg


J'escalade la montagne de vos désirs
J'entends le clapotement de vos rêves...
Ils remuent la pierre.

Vous êtes le pollen qui féconde mes veines
Je suis le vent qui hurle dans vos oreilles.

Seriez-vous sourds devant la fureur de votre sommeil ?

Le soleil n'attend jamais le réveil des somnambules.

Moi je suis un authentique insomniaque.
Je m'enivre toujours encore et toujours
devant le coucher d'un soleil.


medium_Kacimi-Mohamed_sans-titre.2.jpg


Moi j'aime le soleil
Il est l'incarnation de ma vie Et de l'autre vie La vôtre...
Même quand nous ne serons qu'une simple poignée
de poussière.

Que le ciel s'écroule sur ma tête.
Que la terre tremble sous mes pieds
si je ne suis pas le pauvre des pauvres
Oui!! Je ne possède rien Sauf la douceur de vos regards.

Barques fragiles Regardez loin Dans vos mains de sable.
Quels souvenirs avez-vous gardés de mon visage?

Je voudrais graver vos noms sur le côté gauche de ma poitrine
avec une étoile que je porte à mon cou

Dites-moi de quoi sera fait votre lendemain.
Je vous dirai tout sur le feu du passé
pour ne pas vous oublier.

Vous ...Oui vous ! Vous m'avez déjà oublié ?


medium_nng_images2.2.jpg


Barques fragiles
Que m'importe vos rivages ou la couleur de vos chemins....

Vous n'avez pas choisi ni de rester ou de partir
Quand le destin des jours a confondu votre acharnement
avec un rêve maudit

Moi aussi je n'ai pas choisi.
J'ai ramassé ma vie J'ai marché sur le feu
Et je suis parti !

Que m'importe le début du temps ou la fin du temps

Je m'accroche au démon ou l'ange que je fus ...
un adieu sincère me suffit ....

Et je n'ai que faire du paradis ou l'enfer
si ce monde qui était autrefois le mien
qui est maintenant le vôtre
a perdu son âme.


© Mohamed El jerroudi




Ce poème figure dans ©(L'opinion culture )du Venderedi 07 Mars 2008, en hommage au défunt artiste peintre et poète Mohamed Kacimi, un artiste marocain dont le patrimoine reste incertain.

22:55 Publié dans poésie/arts | Tags : barque, fragiles | Lien permanent | Commentaires (21)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique