logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/02/2008

Ingrédients pour fabriquer un poème

medium_couscous_1.jpg


Toi Couscous
Aux sept légumes

Regarde moi
Je te regarde
Chaque Vendredi

ou le septième jour
ce sera donc un Vendredi

Tant que tu
refuses de ne pas cuire
Sept fois

Je ne te mangerai pas

Mille et une bouches
T'attendent

Moi
J'ai tout mon temps

Couscous
aux sept l'égumes

j'attends
Et avant de te manger
je tournerai ma langue
dans ma bouche

Sept fois

J'attends
l'arrivée des autres

Un couscous
Ne se mange jamais
au singulier

Chez moi
il se conjugue
sept fois

au pluriel.



©Mohamed El jerroudi


*Recette

1 kg de poème moyen

500g de jarret de boeuf

2 navets

3 belles carottes

3 courgettes

300 g de chou

4 pommes de terre

2 d'aubergines

250 g de potiron

4 tomates

2 oignons

1 cuillère à café de safran

1 cuillère à café de piment doux

1 bouquet de coriandre

200 g de beurre ramolli

Sel, poivre

21/02/2008

BEN CHEFFAJ Saad , ou les revers de l'indicible.

medium_nng_images.gif

© BEN CHEFFAJ Saad

BEN CHEFFAJ Saad est représentatif de divers aspects de la peinture marocaine. Actuellement, et depuis toujours, il est hanté par le désir de vaincre toute entrave, afin de construire un dialogue fructueux. BEN CHEFFAJ Saad n’est pas seulement un artiste peintre mais un intellectuel conscient de son rôle dans la société. Il a toujours combattu la laideur artistique, la bêtise humaine et la terreur de l’ignorance. Pour lui, l’artiste a des responsabilités à assumer et il est de son devoir de s’en acquitter. Aider à comprendre, interpeller, former, initier sont autant de tâches dont se serait investi un artiste. Chez le peintre, ces tâches sont une mission, et cette mission est une raison d’être.




BEN CHEFFAJ Saad ne se contente pas de contempler et de méditer mais il engage le dialogue avec lui-même et avec l’autre. Sa maîtrise d'une technique singulière et du pinceau le place dans la trempe des artistes qui ont marqué l’histoire de l’art. C’est exactement cet esprit pluriel de l’artiste qui est mis en exergue dans ses oeuvres. Il prône la différence et condamne l’indifférence meurtrière.


medium_nng_images2.png


Revers, envers, travers. Frontières, entre-deux, écarts. Autant de termes qui énoncent l'instabilité des postures et des représentations que Saâd Ben Cheffaj nous révèle. Dans son œuvre, le bas côtoie le haut, le masculin s'incorpore au féminin et inversement, dans un monde où l'envers se frotte à l'endroit, le religieux fréquente le sexuel.



Dans sa peinture, l'image et le jeu sur le matériau visuel occupent une place centrale. Chaque tableau montre comment le dispositif pictural est construit sur un modèle de surveillance qui questionne le statut du spectateur. Une oeuvre, axée sur une technique de la transgression et du mal, précise les traits d'une esthétique poly sexuée qui exhibe la circulation des identités sexuelles, sociales et
imaginaires, en truquant les images et en piégeant l'identification visuelle.



medium_nng_images1.jpg


Nul doute que cette œuvre inclassable, dérange car elle parle de l'humain, de la profusion des identités qui déstabilise les repères, de l'énergie pulsionnelle qui s'incarne dans un objet de désir qui peut être féminin, masculin ou relevant d'un troisième genre.


©Mohamed El jerroudi

16/02/2008

Poèmes Croisés

medium_02.JPG


La langue de ma mère


Je n'ai pas vu ma mère depuis vingt ans
Elle s'est laissée mourir de faim
On raconte qu'elle enlevait chaque matin
son foulard de tête
et frappait sept fois le sol
en maudissant le ciel et le Tyran
J'étais dans la caverne
là où le forçat lit dans les ombres
et peint sur les parois le bestiaire de l'avenir
Je n'ai pas vu ma mère depuis vingt ans
Elle m'a laissé un service à café chinois
dont les tasses se cassent une à une
sans que je les regrette tant elles sont laides
Mais je n'en aime que plus le café
Aujourd'hui, quand je suis seul
j'emprunte la voix de ma mère
ou plutôt c'est elle qui parle dans ma bouche
avec ses jurons, ses grossièretés et ses imprécations
le chapelet introuvable de ses diminutifs
toute l'espèce menacée de ses mots
Je n'ai pas vu ma mère depuis vingt ans
mais je suis le dernier homme
à parler encore sa langue



©Abdellatif Laâbi


-----------


Ecrire un poème


Je sens que je rajeunis
je suis né une deuxième fois
obsédé par la mort
J’avais oublié
de célébrer la vie et la beauté

J’écris dans un pays
dont la langue a été mutilée
où l’on vit en deçà de la vie

je m’attache à décrire
la forme d’un nuage
ou d’un cyprès
la fleur d’un amandier

Ecrire un poème
c’est rendre les choses obscures
pour qu’elles donnent de la lumière

et je m’accroche à l’espoir fou
que la vie
l’histoire,
la justice
ont encore un sens...

J’ai choisi d’être malade de poésie
Une poésie fragile

Il suffit d’un rayon de soleil
Pour qu’elle renaisse


Oui, j’écris en état de joie
Où en état de mélancolie

Pas pour survivre
simplement pour vivre

Comme un poète
qui recommencerait de zéro .


© Mohamed El jerroudi

14/02/2008

Les enfants du hasard

medium_viixx.jpg

Oeuvre© Mahi Binbin.


Combien d'enfants
sont nés
par un jeu de hasard

Le solei est pour les uns
un chant brillant
pour d'autres
un morceau de pain
brûlant

Celui qui sait
reconnaître dans les yeux
d'un enfant affamé

le corps d'une femme
au sein desséché
n'osera jamais
regrader sa mère

dans les yeux.




© Mohamed El jerroudi

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique