logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/10/2006

Francophonie?

"La librté des hommes
se mesure à la liberté des mots ."


Mohamed El jerroudi

"

medium_animo25.2.gif
"La francophonie ne veut pas d'un monde uniforme,
mais d'un monde solidaire, riche de ses differences.
Pour favoriser un dialogue entre les cultures, nous devons garantir l'existence de toutes les cultures et leur permettre de continuer à vivre, à créer et à innover "
Abdou Diouf


VOIR ( Lien permanent )

Commentaires

Lien permanent avec le blog du poète , marocain,
franconphone ( Mohamed El jerroudi )

Né le 25 Mai 1950, au nord du Maroc.

A voir

ici tous les sites

Écrit par : Littérature francophone | 15/10/2006

Et .. au pain dans l'assiette? -Du pain et des livres ? bises de miche

Écrit par : miche | 15/10/2006

Bonjour Mohamed.

Ce que tu dis est ô combien vrai ! Dans beaucoup de pays, la liberté d'expression n'existe malheureusement pas.
Et pourtant, il y a tant de personnes qui auraient des choses merveilleuses à nous dire et à nous apprendre.

Mais, heureusement, nous arrivons toujours à pouvoir entendre leurs appels et leurs cris ... Il faudra beaucoup de temps aux hommes pour faire tomber ces barrières d'incompréhension qui actuellement prédominent le monde.

Aimer c'est comprendre.
Aimer c'est entendre.
Aimer c'est ouvrir son coeur aux autres.
Aimer c'est marcher ensemble d'un même pas.

Et ce n'est pas dans la l'indifférence des autres que l'on obtient la supériorité. Car, il y a l'intelligence du coeur.

Je te souhaite un bon dimanche ainsi qu'à toute ta famille.
Je vais mettre un beau poème en ligne aujourd'hui. Je le termine ce matin.

Toute ma profonde amitié. Axelle

Écrit par : Axelle | 15/10/2006

Bonjour à tous et à toutes.

dominique

Écrit par : dmerlen | 15/10/2006

Mohammed

Tu es venu le 22 septembre déverser ton premier cri, rendre le premier hommage à ta maman et nous donner un premier poème. J’étais alors silencieux pour quelques jours de plus.
Je viens de lire et de regarder ton site, tes carnets et des notes. Merci !

Et dès les premiers textes, j’attendais que tu fasses une référence à Pablo Neruda. Chacun trace son sillage, il n’y a pas de maître à copier, mais tu l’as lu et je crois que en gardes l’empreinte. La référence est venue il y a quelques jours.

Je ne suis pas écrivain pour deux sous, ce que tu racontes me touche, et je serai bien incapable de me risquer à te dire pourquoi. Disons une sensibilité d’homme ouvert au monde.

Tu te dis Marocain, et nous avons eu l’honneur d’y habiter, ma famille et moi, pendant deux années, et de voyager d’Essaouira à Oujda et de Fès à Zagora.
Non, le couscous ne se mange pas seul, il se déguste entre amis, autour d’une table basse, en faisant la boule sans se brûler, à l’ombre d’une terrasse où coule un filet d’eau.

Et il m’a été donné de travailler avec des hommes simples, berbères de Chaouen ou arabes de Marrakech, mécaniciens, chauffeurs, ouvriers, caïd de village ou fonctionnaire. J’ai connu le berger qui se rend au souk du mercredi, raide dans son burnous crasseux , étonné que tu ne lui fasses pas payer le trajet en auto, la jeune fille qui pleure toute la nuit de ses noces, troisième épouse d’un vieux gardien qui a assez d’argent pour se marier une nouvelle fois, le chauffeur de camion qui marche au kif pour tenir la cadence du patron, la jeune fille à qui la belle mère demande de grossir avant son mariage, lui aussi arrangé. J’ai vu les jeunes ingénieurs fiers de leurs savoirs, fier de leur pays et qui ne comptaient pas leur temps. J’ai vu le nomade qui attelait âne et chameau ensemble pour labourer une maigre terre dans l’Atlas, et qui envoyait sa petite fille nous inviter pour une tasse de thé lorsque nous nous arrêtions pour déjeuner. Et j’ai aimé ce pays.

Christian

Écrit par : christian | 15/10/2006

Soyons heureux nous qui pouvons encore dire ce que nous pensons, lire ce que nous voulons....
ANNIE

Écrit par : MAMINIE | 15/10/2006

"A l'heure où tout se mondialise
la Francophonie dit "j'existe"
J'en suis ravi car quoi qu'on dise
un monde homogène c'est trop triste"
J'ai cité cette phrase de Kofi Annan à mes élèves italiens dans ma leçon d'introduction à la francophonie.. Ils sont curieux, ils attendent la suite, la rencontre avec les textes..
Merci pour tes dessins et tes poésies.
marthe

Écrit par : marthe | 16/10/2006

Sites à consulter

Écrit par : Littérature | 16/10/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique